Bienvenue Forum Interview
Lettre d'Information
Abonnez vous
à ma lettre d'information


LE SITE
Mes Livres
Articles
Recettes
Conseils
Réponses
Poèmes
Liens
Mes Lettres

>> Prenez Note <<

 
Merci aux nouveaux venus qui se sont inscrits


 
 


Recettes  >>  Définitions

Les Associations Alimentaires de la Médecine Hygiéniste que vous trouvez dans mon 6ème livre
Elles ont été présentes dans les cinq livres précédents mais ils sont épuisés.

Les glucides (hydrates de carbone)

*Réaction amidon-protéine
Exemple : pâtes (amidon) et amandes (protéines)
Digestion de l’amidon :
1. libération dans la bouche de l’enzyme de la salive, la ptyaline ;
2. libération dans l’estomac d’un suc alcalin.
Digestion des protéines : libération de la pepsine qui n’agit qu’en milieu acide.
Résultat
l’action de Ia ptyaline est détruite en milieu acide ;
l’action simultanée alcaline et acide ne peut avoir lieu ;
la digestion de l’amidon reprend lorsque les protéines sont évacuées vers l’intestin ;
l’amidon a fermenté.
  Association amidon-protéines : INCOMPATIBLE.

*Réaction amidon-acide

Exemple : riz (amidon) + cornichons (acides)
Digestion de l’amidon : libération de la ptyaline dans la bouche ;
Ingestion de l’acide : détruit l’action de la ptyaline.
Résultat
la digestion salivaire de l’amidon est suspendue ;
la digestion stomacale de l’amidon en est retardée ;
l’amidon fermente en libérant des toxines.
 Association amidon-acide : INCOMPATIBLE

* Réaction amidon-sucre

Exemple : tous les gâteaux
Digestion de l’amidon : la ptyaline n’est pas libérée dans la bouche en présence de sucre (et d’acides).
La digestion du sucre intervient lorsque l’estomac est vide. En 10 minutes, le sucre est expulsé dans l’intestin grêle.
Résultat
la pré-digestion salivaire de l’amidon n’a pas eu lieu ;
sa digestion en est retardée ;
les sucres séjournent dans l’estomac où ils se putréfient en endommageant l’amidon d’où libération de toxines.
Association amidon-sucre : INCOMPATIBLE

* Réaction amidon-fruit

Exemple : pommes de terre et dessert de fruits.
Digestion de l’amidon : avec fruit acide, destruction de la ptyaline.
Digestion des fruits : les fruits séjournent l5 à 30 minutes dans l’estomac et se digèrent dans l’intestin grêle.
Résultat
l’amidon voit sa digestion salivaire interrompue ;
sa digestion en est retardée ;
les fruits séjournent dans l’estomac où ils fermentent et font se putréfier l’amidon.
Association amidon-fruits : INCOMPATIBLE

* Réaction amidon-amidon
Exemple : spaghetti et pain ou galette de sarrazin
Digestion acceptable.
Résultat
peut être un excès alimentaire.
Association amidon-amidon : COMPATIBLE

* Réaction amidon-graisse

Exemple : petite épeautre germée revenue à l’huile d’olive
Digestion correcte
Résultat
en excès, la graisse alourdit la digestion.
les graisses animales (le beurre, la crème, le lard…) doivent disparaître de nos cuisines. Elles sont une des causes principales des maladies dites de civilisation.
Association amidon-graisse : COMPATIBLE.

* Association amidon-légumes verts
Exemple : lentilles germées et courgettes
Digestion favorisée avec tous les légumes verts et légèrement amidonnés.
Résultat
digestion facilitée et améliorée
Association amidon-légumes verts : TRES FAVORABLE


Le Dr R.Cabot écrit : “Quand nous mangeons des hydrates de carbone (amidons), l’estomac sécrète un suc approprié, de composition différente de celui qu’il sécrète en présence de protéines. L’estomac répond ainsi à la demande qui lui est faite.”

Nous avons vu que la réaction protéine-amidon est incompatible

*Réaction protéine-acide

Exemple : protéine avec cornichons et moutarde
Digestion de la protéine : la pepsine agit en milieu acide.
Résultat
une absorption d’acide (pharmaceutique, acide des fruits, vinaigre) peut bloquer et même détruire l’action de la pepsine. Une acidité trop grande est nocive.
Association protéine-acide : INCOMPATIBLE

*Réaction protéine-graisse
Exemple : œuf dur mayonnaise
Digestion de la graisse : la graisse ralentit l’activité des glandes stomacales.
Résultat
la digestion des protéines peut être retardée de deux heures, temps pendant lequel les potéines fermentent en libérant des toxines.
Association protéine-graisse : INCOMPATIBLE

*Réaction protéine-protéine
Exemple : omelette au fromage
Résultat
le processus digestif est différent pour chaque protéine (fermentation).
Association protéine-protéine : INCOMPATIBLE

*Réaction protéine-fruits
Exemple: : noix + orange
Résultat
Association protéine végétale-fruit : PASSABLE
Par contre : protéine animale + fruits
Digestion de la protéine : en milieu stomacal.
Digestion des fruits : en milieu intestinal.
Résultat
les fruits se putréfient dans l’estomac et détériorent le bol alimentaire.
Association protéine animale-fruits : INCOMPATIBLE

*Réaction protéine-sucre

Exemple : repas de protéines végétales (ou animales) + crème au chocolat
Digestion de la protéine : en milieu stomacal.
Digestion du sucre : en milieu intestinal.
Résultat
les sucres fermentent dans l’estomac et putréfient le bol alimentaire.
Association protéine-sucre : INCOMPATIBLE

*Associations protéines-légumes verts
Digestion facilitée avec les légumes verts, cuits et crus.
Résultat
digestion s’effectuant dans les meilleures conditions.
Association protéine-légumes verts :
FORTEMENT RECOMMANDÉE ET LE PLUS SOUVENT POSSIBLE

Remarque
Le champignon est un végétal (certains scientifiques disent animal…) qui contient :
92 % d’eau (environ) ; 3 % et plus de protéines.
Pour les personnes ayant une digestion difficile, il est recommandé de consommer les champignons avec modération.
Quoiqu’il en soit ne pas les mélanger ni avec une protéine, ni avec un amidon.
Choisir de les déguster en repas de protéine, saupoudrés généreusement de persil, de cerfeuil voire d’ail, accompagnés de légumes verts. Ils devraient, ainsi, se révéler digestes. Personnellement, j’émince des oignons et fais revenir les champignons, puis les saupoudre de cerfeuil que je préfère au persil…
LES PROTÉINES NE DOIVENT JAMAIS ETRE ASSOCIÉES :
aux amidons ;
aux acides (fruits acides, vinaigre...) ;
aux graisses ;
à une autre protéine animale ;
aux fruits ;
aux sucres.

Mes repas de protéines sont TOUJOURS composés uniquement de protéines végétales.

Les protéines se digèrent plus vite (deux heures environ) que les amidons. Les préférer au repas du soir.
Accompagnez-les de légumes verts crus ou/et cuits.
Les protéines et leurs légumes se cuisinent avec un minimum de graisse.
Ce repas vous permettra de dormir d’un sommeil réparateur.

Remarque:
Toutes les charcuteries : jambon cuit ou cru, terrine, foie gras, saucisson… proviennent de chairs animales mortes devenues toxiques, et donc très préjudiciables à l’organisme. Le jambon du commerce est l’un des produits les plus polyphosphatés* du marché et l’on en nourrit nos tout-petits, les gens âgés et les malades ! Selon un charcutier en chef interrogé par Le Nouvel Observateur en 2008, les industriels “mettent des additifs comme les polyphosphates, qui retiennent toute la saumure à l’intérieur de la viande pendant la cuisson”, ce qui permet de vendre un jambon de poids plus élevé. Les phosphates ont la capcité de détériorer les sols, que penser alors de leurs effets sur le corps !
* Les phosphates détériorent la cellule nerveuse. Les polyphosphates peuvent induire l’hyperactivité.

Les lipides (graisses)

Bonnes associations :
avec les amidons ;
avec les légumes verts ;
Associations médiocres :
avec les fruits ;
avec le lait et ses dérivés.
Pour ceux d’entre vous qui souffrent de troubles digestifs, ces associations sont à éviter.
Préférez aux margarines l’huile d’olive qui se dénature au-delà de 200 °… (on s’habitue en quelques jours à son goût).
Les graisses et huiles se décomposent à la chaleur. Si vous employez encore le beurre, ne jamais le faire cuire !

Le soja
Pour l00 g :
24 g d’amidon ; 37 g de protéines ; l8 g de graisse.
Le soja est très difficile à digérer : le manger bio, dégraissé, germé et fermenté. Le soja non germé et non fermenté contient des produits nocifs (purines) qui devraient nous pousser à l’éliminer de notre alimentation.
Les meilleurs produits à choisir sont le soja bio germé, le tamari, le tempeh. Le seul soja dont je me réjouisse est en réalté du haricot mungo germé, qui contient un pourcentage intéressant de protéines et de vitmine C.
Il est préférable de manger “local” puisque les produits locaux sont bien adaptés à ceux qui les consomment, préférons les bons haricots de nos campagnes : haricots blancs, flageolets… mangés germés.

Les légumes, porteurs de vie
Certains légumes contiennent un acide. Les plus courants :
l’ail ; l’oignon ; le poireau ; l’épinard ; l’oseille ; la rhubarbe.
Le corps doit oxyder cet acide : cette action peut se révéler éprouvante. Aussi, lorsque votre vitalité est en baisse, évitez-les.

*Bonnes associations
les fruits acides et mi-acides ;
les fruits doux et mi-acides ;
les fruits oléagineux et les légumes verts
*Associations acceptables
les fruits acides et les noix, amandes, noisettes, pistaches fraîches…
les fruits acides et le fromage (à éviter) ;
les fruits doux et le lait caillé, fromage blanc, yaourt (à éviter).
*Associations passables
les fruits et les légumes verts,
les fruits doux et le melon ;
les fruits acides et l’avocat.
*Associations médiocres
les fruits acides et le lait.
Les associations acceptables et à fortiori les associations passables et médiocres sont à éviter. En particulier si votre digestion est défectueuse ou si votre vitalité est en baisse. Je ne peux plus imaginer boire du lait…


La digestion des fruits

Ils séjournent entre l5 à 30 minutes dans l’estomac et se “digèrent” dans l’intestin grêle. La banane, les fruits secs et azotés y séjournent plus longtemps.

*Mauvaises associations
les fruits à la fin des repas ;
tous les fruits et le sucre (bio ou pas) ;
les fruits acides avec les fruits doux et le melon ;
l’avocat et les noix ;
l’avocat et les fruits doux.





Les recettes, en général, sont indiquées pour 4 personnes.
La proportion de sel et de poivre est laissée à votre ressenti et à vos besoins propres. 

Quelques définitions utiles 
Une définition que je ressens excellente de Ste Thérèse d'Avila "Mes soeurs, Dieu est dans vos casseroles"
Une autre de moi et qui est dans mes livres : "L'amour est le meilleur des ingrédients"

Abaisse
: fond de tarte.
Blanchir : porter à ébullition, laisser l ou 2 minutes, suivant les légumes. Eau : non salée.
Émincer : trancher fin.
Faire suer : faire évaporer l’eau des légumes.
Faire tomber : le légume est précuit et a perdu de son volume.
Réduire (une sauce, un jus) : faire épaissir.
Réserver : mettre de côté, le temps de poursuivre la recette. On réserve parfois au frais, parfois au chaud, parfois simplement sur un coin du plan de travail. 

J'ajoute, bien que déjà dit, qu'il est toujours préférable de choisir des fruits, légumes, céréales, biologiques, de saison et de proximité.
J'utilise le sel de mer de Guérande pour saler en cours de cuisson et dans l'assiette, je complète avec le sel de l'Himalya.



  Conception Pl-Arts    Connexion    Téléphone : 06 83 863 229   -   Mail :   Contact   -   Copyright : Chante la vie